Temps de lecture : 3 minutes

L'acide hyaluronique : naturel ou chimique ?

L'essentiel

ARTICLE EN BREF POUR LECTEURS EN RECHERCHE D'EFFICACITÉ !

L’acide hyaluronique est une molécule naturellement présente dans notre corps, et ce, dès la naissance !

Les champions - ceux qui en possèdent le plus - sont les bébés !

À travers l’histoire, l’acide hyaluronique contenu dans les cosmétiques était issu de plusieurs sources dont les crêtes de Cocorico mais jamais chez Novexpert, promis, on reste 100% vegan !

L’acide hyaluronique des produits Novexpert vient d’un processus naturel et « propre », via les biotechnologies et l’aide de bonnes bactéries.

Les nourrissons possèdent une grande quantité d’un actif que nous recherchons tous…

Pourquoi les bébés ont une peau aussi rebondie ? Quel est le secret de « cette peau de bébé » douce et veloutée ? Je ne pense pas être loin de la vérité en disant que chacun d’entre nous s’est déjà posé cette question au moins une fois. Alors aujourd’hui, je vais vous révéler une partie du secret.

La première chose à savoir c’est que le corps des nourrissons est constitué d’environ 80% d’eau (alors que nous, adultes, oscillons entre 55% et 60% (1) ) mais, surtout, le deuxième élément essentiel c’est … l’acide hyaluronique ! Oui vous avez bien lu, la peau des bébés contient une très grande quantité d’acide hyaluronique.

Mais alors comment confère-t-il aux nourrissons cet aspect joufflu ? En retenant l’eau afin de former un gel. Cela fonctionne comme une petite éponge déshydratée qui, au contact de l’eau, retient le liquide et se gonfle jusqu’à doubler voire tripler de volume. L’acide hyaluronique agit de la même manière et il peut retenir jusqu’à 1000 fois son poids en eau (2) !

+

LA NATURE CRÉA L’ACIDE HYALURONIQUE…

Une molécule présente bien avant les Hommes !

L’acide hyaluronique appartient à la famille des polysaccharides, c’est-à-dire des sucres complexes. Les chercheurs pensent qu’il est né avec les premières bactéries il y a 2 milliards d’années. Cependant il n’a été identifié qu’en 1934, chez l'animal, dans une partie de l’œil : l’humeur vitrée (3). Pour l’anecdote : c’est de cette découverte qu’il tient son nom car vitreux en grec se dit « hyalos ».

Comme je viens de vous l’expliquer, l’acide hyaluronique est donc une molécule naturelle présente dans le corps des bébés mais également de tous les humains et les animaux. Il ne disparaît pas en grandissant, ouf, bien que lors du vieillissement sa quantité et sa qualité diminuent, mais ça je vous en parlerai plus tard.

Notre organisme produit donc de l’acide hyaluronique qui se retrouve partout : dans le cerveau, les yeux, le cordon ombilical mais aussi au sein de la peau. C’est d’ailleurs l’organe qui contient le plus d’acide hyaluronique : la moitié de celui-ci (soit environ 7 à 8g (4,5)) se trouve dans l’épiderme et le derme.

+

 …ET LES HOMMES LE MIRENT EN TUBE !

Quand je commence ces explications, on me demande « mais alors l’acide hyaluronique dans les cosmétiques d’où vient-il ? On ne peut pas l’extraire des Hommes ? » Bien sûr que non, soyez rassurés.

Pour tout comprendre, retournons quelques années, voire décennies en arrière : auparavant, l’acide hyaluronique utilisé dans les cosmétiques était issu… de crête de coq ! Pendant de nombreuses années, ce fut la source privilégiée pour les cosmétiques.

Mais je vous rassure, pas chez Novexpert ! Nous avons toujours été Vegan, d’ailleurs bien avant que le terme n’existe. Nous bannissons donc naturellement tout ingrédient d’origine animale dans nos formules.

Pour obtenir un acide hyaluronique biodégradable et similaire à celui que nous trouvons dans notre peau, chez Novexpert nous utilisons les  biotechnologies. Je vous explique plus précisément : de bonnes bactéries issues du lait sont mises en contact de blé dans un environnement stressant, par exemple, à une très haute température ou à haute pression. Pour se protéger, les bactéries vont se créer, grâce aux sucres du blé, un bouclier, une enveloppe de protection composée à 100% d’acide hyaluronique pur.

C’est cet acide hyaluronique que nous allons inclure dans les formules de notre gamme. Sa composition sera semblable à celui fabriqué par notre corps, qui sera donc tout à fait capable de l’utiliser et de le dégrader. Ce processus est naturel mais également propre c’est-à-dire non polluant. Que des avantages !

Attention, je vous parle ici des choix de Novexpert pour avoir un acide hyaluronique naturel. Certaines compagnies décident parfois de le modifier après sa création afin de le rendre plus résistant à l’oxydation par exemple ou pour qu’il reste plus longtemps dans l’organisme.  Cela devient alors un acide hyaluronique synthétique. Alors si vous ne voulez pas vous tromper, faites le choix du 100% naturel avec Novexpert !

A la suite de la lecture de cet article promettez-moi de ne pas être jaloux(se) des bébés !

Plus sérieusement, de :

- Ne plus penser que l’acide hyaluronique est une molécule artificielle.

- Choisir des formules 100% naturelles pour être sûr de l’origine de l’acide hyaluronique que vous appliquez sur votre peau. Pour cela, venez découvrir ou redécouvrir notre gamme dédiée à l’acide hyaluronique. Et pour aller encore plus loin retrouver sous chacune de nos fiches produits le détail des ingrédients utilisés. 

Pour aller plus loin...

Une Routine à base d'Acide Hyaluronique.

Matin
Economisez 10%
HA
Ajouter
49,95 €44,95 €
HA
Ajouter
41,50 €
Soir
HA
Ajouter
29,95 €

Références

(1) (2010). Scientific Opinion on Dietary Reference Values for water. EFSA Journal, 8(3), 1459.
(2) Bogdan Allemann, I., & Baumann, L. (2008). Hyaluronic acid gel ( Juvéderm™) preparations in the treatment of facial wrinkles and folds. Clin Interv Aging., 3(4), 629–634.
(3) Necas, J., Bartosikova, L., Brauner, P., & Kolar, J. (2008). Hyaluronic acid (hyaluronan) : a review. Veterinarni Medicina, 397–411 .
(4) Menaa, F., Menaa, A., & Menaa, B. (2011). Hyaluronic Acid and Derivatives for Tissue Engineering. Biotechnology & Biomaterials.
(5) Papakonstantinou, E., Roth, M., & Karakiulakis, G. (2012). Hyaluronic acid: A key molecule in skin aging. , 4(3), 253-258.