Temps de lecture : 5 minutes

Décodez le marketing du greenwashing !

L'essentiel

« Actif 100% d’origine naturel », « extrait de plante bio » ... Le marché cosmétique est submergé par une vague verte qui semble transformer tous les soins en produits naturels. J’ai bien utilisé le verbe « sembler » car les apparences sont parfois, voire trop souvent trompeuses… La vocation de cet article est donc de vous aider à aiguiser votre esprit critique pour ne pas vous transformer en mouton du greenwashing. Un petit aperçu ? Si une marque met en avant UN actif d’origine naturelle, pourquoi ne parle-t-elle par du reste de la formule ? Car elle ne doit pas en être très fière…

Votre pouvoir c’est votre savoir ! Car au fond, le vrai pouvoir passe par la connaissance et la conquête d’une liberté qui vous permettra de dire : « je ne sais plus quelle marque j’ai achetée, mais je me souviens très bien pourquoi je l’ai achetée ! ». Cauchemar de publicitaire et rêve de révolutionnaire… alors révélez vos super-pouvoirs grâce au 1er décodeur de la machine à rêves… en clair, apprenez ici à repérer le VRAI du FAUX, et à décoder précisément les phrases types du greenwashing appliquées aux formules cosmétiques que vous pouvez rencontrer sur votre route de « shoppeur naïf ». Naïf, mais plus pour longtemps !

+

3,2,1… Transcodeur activé, révélations imminentes !

Alerte Greenwashing n°1 : « Soin avec actif anti-âge 100% d’origine naturelle »

Un seul actif anti-âge est naturel soit, c’est ce qui est affiché. Mais le reste de la formule ? Les autres actifs ? Nada. Les émulsionnants ? Niet. Les corps gras (huiles...) ? Zéro. Les antioxydants : Rien. Aucun détail sur la naturalité n’est communiqué à part cette tête d’affiche. Je vous laisse deviner pourquoi, le reste de la formule ne doit pas être si naturel…

Diagnostic du transcodeur : s’il y a un pourcentage, il doit concerner la totalité de la formule et non pas un ou quelques actifs.

 

Alerte Greenwashing n°2 : « Une crème douce à l’extrait de bleuet Bio »

A cette simple évocation, je me vois déjà allongé dans mon caddy, sur un matelas de bleuets sentant bon la nature vierge et innocente… Heureusement, mon transcodeur me sort de mon songe et m’alerte sur un détail : y a-t-il une description plus précise sur le reste de la formule ? Un pourcentage d’ingrédients Bio parmi tous les composants de ce soin voluptueux ? A l’évidence non et croyez-moi ce n’est pas un oubli de leur part…

Diagnostic du transcodeur : derrière l’arbre, la forêt n’est souvent pas si verte. Là encore, il faut regarder l’ensemble des ingrédients et non un seul.

 

Alerte Greenwashing n°3 : « Ma crème de jouvence est NATURELLE » 

C’est du marketing à la hache et carrément une violation de la réglementation. Combien de fois sur des sites, des catalogues (mais curieusement rarement sur les packagings) ai-je vu cette mention qui est aussi claire que… fausse. En effet un produit dit « Naturel » doit contenir au moins 95% d’ingrédients d’origine naturelle et être certifié par un organisme indépendant. Or c’est très rarement le cas.   

Diagnostic du transcodeur : si une marque communique sur sa naturalité, cherchez les pourcentages de naturalité, ou les certifications par des organismes indépendants. Si vous ne les trouvez pas : fuyez !

Alerte Greenwashing n°4 : « Produit certifié BIO – noté excellent sur Yuka »

Attention piège ! Cette mention est bien correcte sous condition bien sûr que le produit soit bien certifié et que l’appli délivre réellement cette évaluation. Mais relisez bien…
Oui, le mot produit est sans « S », il est au singulier : on ne parle donc que d’un seul produit. Vous connaissez la suite… Beaucoup trop de marques pilonnent leur communication sur un seul produit et ça malheureusement ça fonctionne !

Chez Novexpert, tant pis pour le marketing, notre hyper exigence ne peut nous faire tolérer cela.  TOUS nos produits sont notés EXCELLENTS par Yuka et pas seulement un petit échantillon…

Diagnostic du transcodeur : derrière le trône, la reine ou le roi communicants sont nus…

+

 Alerte Greenwashing n°6 : « Non testé sur les animaux »

Je ne résiste pas à compléter ce florilège pour dénoncer sans bienveillance cette mention. Totalement pertinente il y a plus de 10 ans (à l’époque où les cosmétiques étaient encore testés sur animaux), cette revendication est dorénavant inutile et même interdite en Europe car trompeuse. Pourquoi ? Parce qu’il est interdit de tester les formules cosmétiques sur les animaux et ce depuis 2009 en Europe.

Diagnostic du transcodeur : le consommateur a encore besoin d’être rassuré à ce sujet mais les entreprises qui mettent l’essentiel de leur marketing sur cette mention méritent la palme… de la mauvaise foi !

Chez Novexpert, notre ambition n’est pas d’être de simples faiseurs de beauté mais de devenir de véritables passeurs de savoir. J’espère que ce court article aura donc permis de réveiller votre curiosité et d’attiser votre esprit critique en n’oubliant pas que le dollar est aussi… de couleur verte !

N’hésitez pas à vous promener sur notre site et nos réseaux sociaux, ils renferment de nombreuses armes pour vous faire découvrir les coulisses de la science : IGTV, décodage des noms INCI sur nos fiches produits, pourcentages d’actifs, etc.