Temps de lecture : 4 minutes

Des huiles sur une peau à tendance grasse : bonne pratique ou grosse erreur ?

L'essentiel

✔ Les huiles végétales sont destinées en priorité à la nutrition des peaux sèches, mais cela ne veut pas dire que les peaux mixtes ou à tendance grasse* doivent être exclues !

✔ La peau est protégée par un garde du corps invisible, le film hydrolipidique, constitué de lipides venant du sébum. Si ce film lipidique est abîmé, une plus grande quantité de sébum sera produite et on retrouvera un film gras sur la peau. C’est la séborrhée réactionnelle. Des huiles et donc des acides gras de bonne qualité sur peau grasse, permettent de limiter ce phénomène et de contribuer à l’équilibre de la peau.

✔ L’huile démaquillante aux 5 Omégas peut être utilisée sur peau grasse en adaptant l’usage et la fréquence d’utilisation. Pour la découvrir cliquez ICI.

* hors peaux acnéiques.

HUILES = PEAUX SECHES ET FLUIDES = PEAUX GRASSES ?

N'ayons pas l'esprit si fermé !

Nous recevons de plus en plus de questions, sur notre site internet et notre compte Instagram, concernant l’utilisation des huiles et notamment leur application sur peau grasse. Vous avez parfois peur de vous lancer car vous redoutez l’apparition d’un film gras sur votre visage qui pourrait jouer le rôle de réflecteur de lumière lors de votre prochaine visioconférence !

TOUS PROTÉGÉS PAR UN GARDE DU CORPS INVISIBLE

Le film hydrolipidique : un héros dans l’ombre !

Je vais vous expliquer : notre peau est protégée en surface par un film invisible, nommé film hydrolipidique. Il nous protège des agressions extérieures, évite par exemple que l’eau contenue dans notre corps s’évapore trop rapidement ou encore aide à nous rendre imperméables(1) ! Eh oui, sans lui, on se remplirait d’eau à chaque fois que l’on prend un bain !

Peut-être l’avez-vous déjà deviné grâce à son nom : ce film est composé en partie d’acides gras, c’est-à-dire de lipides. Ces acides gras proviennent du sébum, un mélange lipidique sécrété par nos glandes sébacées, au niveau de nos cheveux et de nos poils ! On retrouve entre 100 et 1000 glandes sébacées par centimètre carré (cm2) de peau(2) !

La production de sébum est plus ou moins élevée selon les personnes, leur âge, le niveau de stress et surtout les changements hormonaux(3).Et vous l’aurez compris, si cette production de sébum est trop importante, de nombreux lipides se retrouvent en surface de la peau et ce film gras perd son caractère invisible pour s’exposer aux yeux de tous !

Maintenant que vous connaissez l’existence de ce film lipidique protecteur, j’arrive alors à notre question : pourquoi rajouter des huiles sur une peau qui a déjà tendance à être grasse !

SOIGNER LE GRAS PAR… LE GRAS !

+

Un slogan amusant pour une pratique efficace !

Imaginez, votre peau est comme une petite plante dont il faut s’occuper : si les conditions extérieures font que la plante est bien hydratée, bien nourrie alors vous ne l’arroserez pas. En revanche, si les conditions extérieures ne sont pas favorables, par exemple le temps est très sec, il y a beaucoup de vent alors vous l’arroserez.

Il en est de même pour la peau :  si l’apport en lipides est optimal, les signaux sont au vert, la peau est protégée, elle ne se sent pas agressée et donc, les glandes sébacées produisent du sébum normalement. A l’inverse, si vous vous nettoyez le visage trop souvent ou avec des produits trop agressifs, les lipides sont abîmés et le film hydrolipidique est déséquilibré.

Les signaux passent alors au rouge et pour compenser, les glandes sébacées peuvent produire localement beaucoup plus de sébum(4). Celui-ci se retrouve alors en surface et c’est le retour du tant redouté film gras dont vous souhaitiez vous débarrasser ! 

Cet étonnant phénomène porte un nom, c’est la séborrhée réactionnelle(1). D’après les nombreuses publications que nous avons étudiées au sein de notre équipe scientifique, elle est due à une régulation localisée par nos glandes sébacées de façon totalement autonome. Cela leur a même valu l’appellation de « cerveau de la peau » selon certains chercheurs(5). Les cellules de la peau n’ont pas fini de nous surprendre !

 

NE VOUS JETEZ PAS SUR LA PREMIERE HUILE VENUE

+

Votre peau mérite d’être bien accompagnée.

Huile de coco, d’olive, de lin, de jojoba etc. Toutes les huiles sont différentes et elles ne sont pas toutes adaptées à un usage sur le visage, notamment si votre peau à tendance à être grasse sur certaines parties. Je vous expliquerai dans un prochain article les paramètres à prendre en compte notamment la teneur en omégas ou encore le procédé d’extraction.

Cependant si vous lisez cet article c’est que vous souhaitez un conseil pratique, alors sachez que nos produits de la gamme Omégas ont été pensés et formulés par notre laboratoire français pour convenir aux peaux sèches comme aux peaux mixtes voire grasses. Il suffit d’adapter la fréquence d’utilisation et le procédé d’application :

  • 1 à 2 gouttes du booster aux 5 Omégas le soir voire un soir sur deux en dehors de la zone T, permettront aux peaux grasses (non-acnéiques) de réguler leur apport en lipides, notamment en cas de peau agressée (froid sec, piscine, mer, utilisation d’un nettoyant agressif…). Les peaux sèches pourront elles, l’utiliser mélangé à leur crème hydratante le matin et seul le soir au besoin.
  • L’huile démaquillante aux 5 Omégas est un excellent nettoyant pour enlever tous types de maquillage notamment waterproof. Sur peau grasse, on utilisera la lingette pour enlever l’excédent et si besoin, on rince à l’eau et le tour est joué !

J’espère que cet article vous aura permis de savoir que :

  • Votre copine qui a la peau sèche n’a plus aucune raison de vous interdire l’accès à ses huiles même si vous avez la peau à tendance grasse !
  • La peau est composée de cellules intelligentes qui réagissent en produisant plus de lipides si vous abîmez ceux qui se trouvent en surface.
  • Une nouvelle fois vous pouvez faire confiance à Novexpert et utiliser par exemple l’huile démaquillante sur peau sèche, mixte et grasse en enlevant l’excédent au besoin.

Références

(1) Onyirimba, A. (2018). Hyperséborrhée : physiologie, facteurs impliqués, mécanismes et conséquences.
(2) Adler, Y. (2017). Dans ma peau. Solar
(3) Zouboulis, C., Chen, W.-C., Thornton, M., & Rosenfield, R. (2007). Sexual Hormones in Human Skin. Metab. Res.(39), 85-95.
(4) Achibald A., S. S. (1973). A non-endocrine control of sebum secretion. Derm. Forsch.(246), 175-180.
(5) Zouboulis, C. (2014). The Brain of the skin : Sebaceous Gland. Lipids and Skin Health, 109-125.